Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène VI

Les Mêmes, Aubin


Aubin, qui a vu Moulineaux embrasser Yvonne. À part, avec stupéfaction.

Oh ! Machin est l’amant de la femme du docteur !…

Il demeure sur le seuil de la porte, et écoute.


Moulineaux

Tu es un ange !


Yvonne

Alors vous serez bien raisonnable, et vous ne ferez plus comme l’autre nuit. Au lieu de la passer ici, gentiment, où avez-vous été ? Oh ! nous nous expliquerons à ce sujet !


Aubin, scandalisé.

Oh !


Moulineaux

Tu n’auras jamais plus rien à me reprocher.


Yvonne

Oh ! je vous reproche d’être un mauvais mari, de ne pas bien aimer votre femme.


Moulineaux

C’est toi qui n’aimes pas ton mari !…


Aubin, même jeu.

Ah ! ça, c’est nouveau, par exemple. (Haut.) Hum ! C’est moi… j’arrive, je n’ai rien entendu.

Il redescend au n° 1.


Moulineaux

Lui !… Sapristi !… il va tout gâter !… (Haut.) Euh ! je vous présente madame Moulineaux.


Aubin

Oui, oui, je sais !… j’ai bien vu !… (Il rit en saluant.) Ah ! ah ! mon gaillard ! mes compliments.