Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame Aigreville

Oui, débauché !… Vous passez les nuits dehors, et l’on trouve des gants de femme dans votre poche !…


Moulineaux

Puisque c’est l’humidité !


Madame Aigreville, marchant sur lui.

Ah ! Moulineaux, si vous trompiez ma fille… vous savez que vous auriez affaire à moi… !


Moulineaux

Permettez !


Madame Aigreville, même jeu.

Vous savez que vous êtes marié.


Moulineaux, entre ses dents.

Oh ! elle m’ennuie.


Madame Aigreville

Par conséquent, vous nous avez juré fidélité.


Moulineaux

Permettez, pas à vous !


Madame Aigreville, même jeu.

Vous savez que d’après le code, la femme doit suivre son mari ; par conséquent, nous vous suivrons !


Moulineaux

Oh ! pardon, le code dit : "La femme" mais pas la belle-mère !


Madame Aigreville

C’est qu’il n’y a pas pensé ! Gendre dénaturé, vous voudriez donc séparer une fille de sa mère ?


Moulineaux, éclatant.

Eh ! allez au diable !


Madame Aigreville, reculant.

Hein !


Moulineaux

Vous êtes là à m’asticoter !… Après tout… je suis maître de mes actes. Je n’ai de comptes à rendre à personne et vous me rompez la tête !