Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame d’Herblay

Tiens ! il est aimable ! (À Aubin.) Vous permettez, monsieur ?


Aubin

Faites donc, madame.


Madame d’Herblay, présentant son dos à Moulineaux.

Vous voyez, ce corsage me va très mal, il plisse.


Moulineaux, avec conviction.

Ah ! Oui !… oui, il plisse énormément.


Madame d’Herblay

C’est beaucoup trop large. C’est sans doute vous qui l’avez coupé !… Il faudrait que vous me le recoupiez.


Moulineaux, ahuri.

Moi ?…


Madame d’Herblay

Oui, et tout de suite parce que c’est pressé.


Moulineaux, même jeu.

Ah ! il faut que je coupe…


Aubin

Eh ! bien, oui, Qu’est-ce qui vous arrête ?


Moulineaux

Moi ? Ah ! rien du tout !… Ah ! vous voulez que je coupe !… Attendez. (Il va prendre les ciseaux et commence à tailler la jaquette.) Qu’est-ce que je vais faire, mon Dieu !


Madame d’Herblay

Ah ! mon Dieu ! qu’allez-vous faire ?


Moulineaux

Oui ! c’est précisément ce que je… Mais c’est vous qui voulez que je coupe !…


Madame d’Herblay

Non. Vous avez vu ce qu’il y a à faire, vous l’en-