Page:Feydeau - Un fil à la patte, 1903.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Bois-d’Enghien, serrant la main à tous.

Ah ! vraiment, elle… ?


Tous.

Enfin, il est revenu !


Bois-d’Enghien, souriant.

Il est revenu, mon Dieu, oui ; il est revenu… (À part, gagnant la gauche en se passant piteusement la brosse dans les cheveux.) Allons, ça va bien ! ça va très bien ! Moi qui étais venu pour rompre !… ça va très bien. (Il s’assied à droite de la table.)

(Firmin sort, Marceline est remontée, Lucette s’est assise sur le canapé, à côté et à droite de Nini. Chenneviette est debout derrière le canapé.)

Lucette, à Nini.

Et tu viens déjeuner, n’est-ce pas ?


Nini.

Non, mon petit… je suis justement venue pour te prévenir ! Je ne peux pas !


Lucette.

Tu ne peux pas ?


Marceline, pressée de déjeuner.

Ah ! bien, je vais dire à Firmin qu’il enlève votre couvert !


Lucette.

Et qu’il mette les œufs.


Marceline.

Oh ! oui !… oh ! oui… les œufs !… (Elle sort par le fond.)