Page:Feydeau - Un fil à la patte, 1903.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



De Fontanet.

Je dirai même plus : riche et amoureux !


Lucette, riant.

Vous croyez ?


Bois-d’Enghien, qui a gagné la droite, à part.

Tiens, tiens ! mais si on pouvait lancer ce Bouzin sur Lucette ! c’est ça qui me faciliterait ma retraite.

(Pendant l’a-parté de Bois-d’Enghien, Fontanet est remonté à la cheminée.)

Lucette.

Mais, c’est cette chanson ! voyons ! il doit bien y avoir un moyen de l’arranger ?… avec un collaborateur qui la referait par exemple.


Bois-d’Enghien, assis sur le canapé.

Un tripatouilleur !


De Fontanet, descendant, en traînant derrière lui le pouf sur lequel il s’assied.

Attendez donc !… mais j’ai peut-être une idée ! pourquoi n’en ferait-il pas une chanson satirique… une chanson politique, par exemple ?


Lucette, assise à droite de la table.

Il a raison.


De Chenneviette, assis à gauche de la table.

En quoi ?


Lucette, à Chenneviette.

Attends, nous allons le savoir !