Page:Feydeau - Un fil à la patte, 1903.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



De Fontanet.

Et comme c’est simple ! au lieu de : « Moi j’pique des épingles », il met : « Moi j’touche des épingles », et voilà, ça y est, ça devient d’actualité.


Tous, échangeant les uns avec les autres des regards approbatifs.

Mais oui !


De Fontanet, avec l’importance que donne le succès.

Vous savez : cet homme qui « pique des épingles dans les p’lotes des femmes qu’il distingue », c’est pas drôle ! c’est pas propre !… Tandis qu’avec… un député, par exemple : « Il touche des épingles ». Eh bien ! au moins…


Bois-d’Enghien.

… C’est propre.


Lucette.

Excellente idée ! Il faudra que je lui soumette ça ! (Elle se lève.)


De Fontanet, se levant, en reculant un peu le pouf que Lucette va reporter à sa place devant la cheminée.

Oh ! des idées, ce n’est pas ça qui me manque ! c’est quand il s’agit de les mettre à exécution.


Bois-d’Enghien, qui s’est levé.

Ah ! parbleu ! comme beaucoup de gens !


De Fontanet.

Pourtant, une fois j’ai essayé de faire une chanson, une espèce de scie… (À Bois-d’Enghien, bien dans la figure.) Je me rappelle, c’était intitulé : « Ah ! pffu !! »