Page:Fiel - Le roman de Colette, 1945.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 9 —

Sous les rires et les paroles se cachait une certaine nervosité dans l’attente de la découverte.

Peut-être Marcelle seule, n’éprouvait-elle pas de sentiment. Elle se contentait d’aspirer le parfum des roses qui se dégageait des jardins. Elle ne questionnait pas et semblait ne plus avoir d’amertume.

Soudain M. Tiguel annonça :

— Nous y voilà !

— Quoi, c’est ici ? s’écria sa femme stupéfaite.

Il était arrêté devant une jolie maison carrée à un étage. Un jardin avec des rosiers, fermé par une grille, séparait l’habitation de la route.

— C’est délicieux ! C’est délicieux ! répétait Mme Tiguel. Tous les membres de la famille, collés contre la clôture, regardaient la maison, tous extasiés.

Enfin, on y pénétra. La porte franchie, ce fut une autre surprise. Tout était meublé. La cuisine spacieuse, la salle-à-manger claire et un studio gai, donnant sur le verger et le potager.

Personne ne se permit d’aller à l’étage.

— Comme nous serons bien… murmura Mme Tiguel, un peu suffoquée par l’étonnement.

Elle déballait les provisions pendant que les garçons exploraient le jardin.

Colette rêvait. Elle pensait à Jacques Balliat et se disait qu’il était vraiment bon pour leur avoir procuré un si beau dimanche. Elle se demandait maintenant pourquoi tant de gentillesse à leur égard ? Était-ce parce qu’elle lui plaisait ? Cette pensée l’absorbait au point qu’elle n’entendait plus ce qui se racontait autour d’elle. Marcelle l’interpella :

— Dis donc, il est joliment chic, l’ami de ton père !… Tu m’entends, Colette ?

— Oui… mais oui…

— Tu viens t’asseoir avec moi, dans le jardin… Regarde ta mère, elle est déjà habituée à la maison… Tu viens ?

— Je te suis.

Quand les deux jeunes filles furent installées à l’ombre d’une épine rose, Marcelle reprit :

— Il est vieux, cet ami ? Il est marié ?

Colette se crut sur des charbons ardents.

— Tu m’en demandes beaucoup, répondit-elle.

— Encore un secret ! Tu sais, ma vieille, tu deviens ténébreuse. On dirait que tu te méfies de moi. Qu’est-ce que cela peut te faire que je sache si votre M. Jacques Balliat est vieux, jeune ou marié ?