Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


119 7° Calvaire, du musée de Berlin. Le type de la Vierge n’est point néerlandais, l'architecture est italienne et rappelle celle des Trois Marie au Sépulcre. On remarque dans le paysage la chamœrops humilis ; pour ces raisons M. Weale, suivi de M. Hulin, attribue le tableau à Hubert. 8° Sainte Famille avec le Donateur et saint Antoine. (Musée de Copenhague). Ce tableau est formé de deux panneaux accouplés. A la droite du spectateur une Sainte Famille attribuée à Van Dyck ; de l'autre côté, dans un fort beau paysage assez semblable comme style à celui qui encadre le Saint François de Turin, un donateur agenouillé protégé par saint Antoine. Le revers peint en grisaille représente l’archange Gabriel. Pour M. Weale le donateur agenouillé est ce bourgeois de Gand, Robert Poortier, qui fit exécuter un autel en l'honneur de saint Antoine, dans la chapelle Notre- Dame à l’église du Saint-Sauveur à Gand, autel que décorait jadis le tableau en question. A la date du testament de Robert Poortier et de sa femme, Avesoete ’s Hoeghen, le 9 mai 1426, une statue de saint Antoine et quelques autres œuvres provenant du même autel, se trouvaient en effet entre les mains de Hubert ainsi que nous l’a appris la note publiée par M. Van der Haeghen, l’archiviste de Gand. H5 % Cette liste tend à s'allonger. On y ajoute des tableaux qui de tout temps ont passé pour des œuvres de Jean et que nous examinerons plus loin : la Vierge du Chancelier Roli/i (Louvre) que l’on rapproche naturelle- ment de la Vierge de Rothschild ; le petit triptyque de Dresde; l’original perdu de la Vierge de Berlin. M . Durand-Gréville propose de voir en la Vierge du Chancelier Rolin une œuvre due à la collaboration des deux frères, et à toutes les richesses octroyées par MM. Weale, Hulin, Otto Seeck à Hubert, le même critique ajoute le Christ vu de face, du musée de Berlin, la Madone d'Incehall, plus quelques autres œuvres pour lesquelles il est moins affir- matif. Nous ne saurions que répéter le mot de M. Durrieu : « Tout cet édifice est fait d'hypothèses. » Admettons qu'on puisse maintenir au catalogue de l’aîné les huit tableaux que nous avons détaillés et le groupe des miniatures de Turin dit de Bavière-Hainaut. Hubert nous apparaîtrait en effet comme un précurseur qui, à côté de trouvailles rares dans l'expression et le coloris, multiplierait les gaucheries et tomberait vite dans la froideur et la confusion. La Vierge avec un Chartreux , du musée de Berlin, est sans vie sous ses cheveux métalliques et brillants; les personnages de St-Pétersbourg, à part