Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


188 Photo Hanfstaengl. Hubert et Jean Van Eyci< Les Chevaliers du Christ Volet du Retable de l’v\gneau (Musée de Berlin). plement vêtus et si pieusement ab- sorbés, sont rincarnation même de la piété des Flandres. Voyons la rangée supérieure où se déroule le Mystère de l’Annon- ciation. L’Ange est descendu dans quelque maison patricienne de Oand ou de Bruges; son manteau, sa robe sont traités en teintes uniformes avec le parti pris décoratif qui convenait à l'extérieur des volets. Des lèvres en- fantines du messager céleste sortent les paroles de la Salutation : «  Ave gracia plena, Dominas tecum (1). » Salut pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ! » — Une atmosphère chaude, heureuse, délicatement em- brasée, pénètre parles baies du fond, et dans l’azur éteint du ciel crépus- culaire, il semble que l’on entend vibrer le chant des oiseaux voltigeant autour du pignon lointain. La scène se développe à droite du spectateur. Agenouillée à côté de son prie-Dieu, les mains croisées sur la poitrine, la colombe posée sur son front divin, Marie répond à l'envoyé du Seigneur: « Ecce an cilla domini. » (< Voici la Servante du Seigneur. » Les lettres sont renversées. Par une autre convention que nous connais- sons bien, le peintre a placé Marie et l’Ange dans des intérieurs très bas; si la Vierge se levait, elle aurait de la peine à se tenir debout. Cette disposition admise, rien de plus vrai que , 1 ) Évangile selon saint Lac, chap. I , versets 28 et 38. Je donnerai les inscriptions, dégagées de leurs abréviations.