Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et les plus essentiellement français du XVIIIe siècle : Grétry ? Au surplus entre Jean de Liège et Jean de Saint-Romain nous ne trancherons pas. Avouons de bonne grâce que le fait décisif nous manque. Admirons plutôt les statues.



Henric van Lattem, Meyere et Nicolas de Clerc.
La Cène. Fragment du Tabernacle de Hal. Groupe en pierre (1409).

Pour le portrait de Jeanne de Bourbon, rappelons ce que dit Courajod : « La reine est morte à quarante ans, en 1377. C’était une femme intelligente, adorée du roi Charles V, d’une bonté proverbiale. Elle n’est pas embellie, au contraire, elle est vieillie en quelque sorte. Ce sont les côtés de bonhomie et de vulgarité que le sculpteur a mis en avant. Quelle opposition avec l’art du XIIIe siècle ! Mais quelle préface à l’art du XVe siècle ! » [1]

  1. Leçons. T. II, p. 102.