Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gauche, ils pourraient passer pour le chef-d’œuvre de quelque maniériste du XIVe siècle, si l’artiste, revenant au principe même de la statue drapée, n’avait visiblement cherché la fusion entre les formes corporelles et le vêtement. Il s’écartait ainsi de l’idéal de ses prédécesseurs pour qui



Claes Sluter
Portail de l’Eglise de la Chartreuse de Champmol

l’ingéniosité dans la disposition des plis semblait trop souvent l’objet même de la beauté.

On peut supposer que ces réminiscences de l’art parisien sont tout simplement dues au voyage de Claes Sluter à Mehun-sur-Yèvre où le duc Philippe envoya son imagier avec mission d’étudier les œuvres de Beauneveu. Ce dernier, nous l’avons vu, était lui-même pénétré de la beauté