Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 5.djvu/593

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


T5- d593 - Fig. 4745, 476. — Réception d’une demande, et mise en communication de deux abonnés.png
Réception d’une demande, et mise en communication de deux abonnés.
Fig. 475. — L’employée écoute la demande de l’abonné. Fig. 476. — La même employée, après avoir mis en communication les deux abonnés, appelle celui qui a demandé, et le prévient, par la sonnerie d’appel, qu’il peut causer.


tion, si préjudiciables aux transmissions téléphoniques faites au moyen des fils des télégraphes.

Le transmetteur de M. Herz est formé d’une plaque de tôle assez grande, fixée sur un anneau de bois, qui supporte trois colonnes. En dessous et autour du centre de cette plaque, sont collées six petites rondelles de pyrolusite (peroxyde de manganèse) sur chacune desquelles appuient légèrement deux pointes de charbon. Ces pointes sont fixées à l’extrémité de 12 leviers, qui supportent autant de colonnes en cuivre, et leur pression est réglée au moyen d’un fil partant de chaque levier et qui s’enroule sur un petit treuil placé au bas de chacune des colonnes.

Grâce aux contacts multiples employés dans ce transmetteur, qui, au lieu d’être intercalé dans le circuit, se trouve placé en dérivation sur la pile, M. Herz a pu amplifier les variations du courant, et éviter ainsi l’emploi d’une bobine d’induction.

Pour supprimer l’induction des fils voisins, M. Herz a interposé dans la ligne un condensateur, formé de feuilles de papier d’étain alternées et séparées par du papier enduit de paraffine, puis un diffuseur, com-