Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE COCHON À TOINON


Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910 - 0015.png


LE « Grand Rang » entre St-Jean-de-Matha et St-Félix-de-Valois, une distance de huit milles, n’a que cinq maisons. Le chemin de ligne est une belle route en pente douce bien entretenue, et semble fait exprès pour le plaisir des amateurs de sport hippique, qui trottent leurs chevaux sur toute la distance.

Ils viennent d’un peu partout, de Joliette, de Saint-Félix-de-Valois, de Saint-Jean-de-Matha, et d’autres paroisses environnantes.

Toinon St-Georges demeurait à une distance d’environ dix arpents du village et il avait un cochon de « la grand’ordre » qui broutait tous les jours le long du fossé, sans demander permission à personne. Il lui était facile de s’évader, car la barrière de Toinon avait été arrachée de ses gonds et il ne restait que le piquet.

Barthélémy Lavigne, un jockey de profession, se rendait tous les jours sur cette piste pour trotter ses chevaux.

Un jour, Toinon, qui n’avait consulté personne au sujet de ses droits de faire pacager son