Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


permettre, je vais vous faire une démonstration ad rem que vous saisirez facilement, tant elle est simple. Nous allons supposer un chien dont les pattes de devant seraient appuyées sur l’un des quais à Montréal, et celles de derrière sur le quai de Longueuil. Vous marchez sur la queue de l’animal et il aboie à Montréal. Voilà ce que c’est que le téléphone.

— Je vous demande pardon, M. Buies, il n’y a pas de chien long comme ça !



LA BALANCE À PIERRE


Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910 - 0019.png


PIERRE MATTE est un boulanger résidant dans une paroisse du Nord. Il a parmi ses clients un nommé Joseph Latulippe, un habitant qui a plusieurs vaches et qui vend le beurre qu’il fait parmi les gens du village. Ce dernier ne paie jamais de pain au boulanger, mais en revanche il lui fournit du beurre par paquet de trois livres chaque fois qu’il en a besoin.

Cet échange durait depuis plusieurs années, et il n’y avait jamais eu de règlement de compte entre les deux copains qui se traitaient en amis. Le boulanger avait un petit air narquois