Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1 52 CORRESPONDANCE Si vous vo ez Clot-Bey, remerciez-le d’avance ` _pour nous des recommandations qu’il nous a I données pour Linant-Bey. Elles nous ont été · Fort agréables. Soliman-Pacha nous traite presque comme ses enfants. II est robable que nous allons artir avec lui pour la lilaute-Egypte. Le vieux · brave est un excellent homme, franc comme un coup d’épée, et grossier comme un juron.·Quant à Clot-Bey, c’est en Egypte qu’il faut venir pour l’apprécier. Ce qu’il a fait est énorme, je vous _ assure. Nous allonsquelquelois chez Gaetani-Bey qui a été enchanté de recevoir une carte de vous et ui nous a demandé beaucoup cle vos nouvelles. Èu reste vous êtes connu ici comme et Paris et il n’y a pas si mince médecin (même arabel) qui n’ait entendu parler de vous ou ne vous ait lu dans quelque traduction italienne. Un service, cher ami : y aurait-il indiscrétion ou empêchement à ce que vous écriviez a Meschid- . Pacha, afin d'avoir des a présent un firman im- périal pourtout l`empire ottoman ? Nous nous en W , — servirions en Palestine, Syrie, Kurdistan, surtout 4 et Arménie; pour le retour, cela nous serait fort! ` utile. Nous allons écrire ai cet eltet au général Aupiclc, ambassadeur ai Constantinople. Nous lobtiendrons; mais un bon appui de Meschid lui- même serait immense. Vous voyez comme la . question est posée; répondez-moi et agissez avec , le même sans-gêne. ·