Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je suis en ce moment très occupé dans une besogne passagère que je vous conterai plus tard.

Adieu, chère Louise, je vous embrasse sur votre col blanc. Un long baiser à vous.

288. À LA MÊME.

En partie inédite.

Londres, dimanche soir [28 septembre 1851].

Chère Louise, votre lettre, datée de mercredi et envoyée a Croisset, était arrivée ici avant moi. Par suite d’un système de voyage absurde adopté par ma mère, nous avons été trois mortels jours à faire le voyage de Rouen à Londres. Enfin, hier au soir samedi, nous sommes arrivés à neuf heures du soir.

Je verrai des demain matin votre libraire. Je pense, sans savoir pourquoi, qu’il Faut d'abord aller chez le sieur Delisy. J’irai ensuite chez l’autre et vous tiendrai exactement au courant de l'affaire, sans m’engager avec aucun d'eux avant de savoir quel est celui des deux qui en offre le plus. Suis-je intelligent en affaire, hein ? C'est l’air du pays qui me pénètre.

Sanitairement parlant, je vais bien. Mon mal de gorge est passé. Mais j’ai tellement perdu l’habitude des voitures, en Orient, que celle de Rouen à Abbeville m’a éreinté.

Quant à ma santé, chère amie, ne craignez pas que je la compromette ici. J’ai des intentions chastes (et sur cette matière l’intention pour moi peut être réputée_pour le fait).

J’ai lu la moitié du volume de Diderot. C'est