Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


` . · · DE QUSTAVE FLAUBERT. 425 i Ce vers cité comme bon :. -. Les doux 'cributs des champs sur son onde tranquille! et·Tancréde qui est un type inimitable de poésie ' cbevaleresgue! Enfin, pour la conclusion, le, bon . i exemple des gens qui meurent saintement escortés des sœurs de charité, lesquelles nous avons déjà 'vues plus haut en compagnie de_l’idée chrétienne glorifiée. l ' _ Il _y en apour tous les goûts, si ce n’est pour . le mien. Q _ A V . ' Quant a la réponse de Nisard, elle dé rade en-` core plus le sieur de Musset. De Frank, de Rolla, de Berneretté, pas un mot. Et il était la, lui! il avalait tout cela, il écoutait cette théorie que . l'amour de Boileau est une qualité sociale. ll s’en# tendait dire que ses vers n’étaient pas sur leurs pieds et que les meres de Famille daignaient l’ap- ' prouver, une lois les enfants retirés. Avaler toutes . ces grossièretés en public avec un habit vert sur A le dos,'une épée au côté et un tricorne a la main, · cela s’a pelle être honoré. Et.voila pourtant le _ but de llambition des gens de lettres! On attend ce jour-la pendant des années; ensuite on est posé, consacré. Ah! c’est que l’on vous voit, il y ` · a des voitures sur la place, et il ne manque pas non plus de belles dames qui vous Font des com- , pliments aprés la cérémonie. Deux heures durant 4 méme, le public vous gratifie de cet empresse- l · ment naïf` u’il témoigner tour a tour ai Tom- Pouce, aux Èsageslll, ai la planète Le Verrier, aux ascensions de Poittevin, aux premiers convois du (1) Tribu de Peau; Rouges de l'Améri_que du Nord. ~ i .