Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 3.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3 0 CORRESPONDANCE ' siasmé : de grosses injures et beaucoup de placages de style. Il n'a pas donné le temps a sa colere de . se refroidir. On n’écrit pas avec son cœur, mais avec sa tête, encore une Fois, et si bien doué que l’on soit, il faut toujours cette vieille concentration ui donne vigueur à la pensée et relief` au mot. , ëu’il y aurait eu bien mieux a dire l Mais j’attends la totalité pour t’en parlerplus longuement. Je trouve que tu es severe pour Gautier. Ce n’est pas un homme né aussi poète que Musset, mais il en restera plus, parce que ce ne sont pas les poetes ui restent, mais les écrivains. Je ne connais rien [ , de M[usset] qui soit d’un art si baut que le Saint- Christophe d’Ecüal‘>. Personne n’a fait de plus beaux fragments que Musset, mais rien que des frag- ments; pas une œuvre! Son inspiration est toujours trop personnelle, elle sent le terroir, le Parisien, le gentilhomme; il a a la fois le sous-pied tendu et la poitrine débraillée. Charmant poete, d’accord ; X mais grandmon. Il n’ en a eu qu un en ce siècle, c’est e pere Hugo. Tautier a un monde poétique Fort restreint, mais il Yexploite admirablement quand il s’en mêle. Lis le Trou du scrpentm, c'est cela _ qui est vrai et atrocement tristei Quant a son Don Juan, je ne trouve as u’il vienne de celui de Namouna, car chez llui est tout extérieur (les bagues qui tombent des doigts amaigris, etc.), et chez Mjïusset] tout moral. ll me semble, en résumé, ue G[autier] a raclé des cordes plus neuves dmoins byroniennes) et, quant au vers, il est plus consistant. Les fantaisies qui nous ( et moi tout le l U) Dans Espana de Th. Gautier. ") Dans Poésies diverses de Th. Gautier.