Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


264 CORRESPONDANCE manches; on y déieune à onze heures. Apportez- moi vos manuscrits, pourvu qu’ils soient lisibles, et comptez sur moi entierement. V Je ferai tout ce que je pourrai pour vous être agréable. Quant a vous faire avoir cles articles, je ne demande pas mieux que d`en demander pour vous; mais entre les promesses et l’exécution d'icelles il y aloin, comme vous savez. Enfin nous verrons. Certainement il faut continuerl Quand on a votre talent on doit s’en servir. ' Vous avez voyagé, vous connaissez le monde, vous êtes un bomme, allez doncl ll s’agit de mettre sa tête dans ses deux mains, et de bien réfléchir, · et de ne pas se lasser. ll est cependant une illusion que ie dois vous ravir, c’est celle que vous avez relativement à la possibilité de gagner quelque sol. Plus on met de conscience dans son travail, moins on en tire de rofit. Je maintiens cet axiome la tête sous la guillotine. Nous sommes des ouvriers de luxe; or, personne n’est assez riche pour nous payer. Quand on veut gagner de l’ar ent avec sa plume, il faut Faire du journalisme, du feuilleton ou du théâtre. La Bovmy m’a rapporté... goofiancs, que i’Ax 1>AYÉs, et ie n'en toucherai jamais un centime. .l’arrive actuellement a pouvoir payer mon papier, mais non les courses, les voyages et les livres que mon travail me demande; et, au fond, je trouve cela bien (ou je Fais semblant cle le trouver bien), car je ne vois pas le rapport qu'il y a entre une pièce de cinq francs et une idée. ll faut aimer l’Art pour l’Art lui-même; autrement, le moindre mé- tier vaut mieuxQ