Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 549 Justice et du Droit, on a pris les sentiers de Rous- seau, qui, par le sentiment, nous ont ramenés au catholicisme. Si on avait eu souci de l’Equité et non de la Fraternité, nous serions haut! Mais je m'arréte sur cette matière que je commence a connaître, car je l°ai étudiée a Fond pour mon livre. Je me contente de vous dire que, selon moi, on donne trop d’importance a ce que messieurs _ ` les médecins nomment, dans leur langage élégant, «les organes uro-génitaux». ` Quant a «l’esprit de caste », je ne vous ai pas écrit qu’il ne Fallait pas l’exprimer; c'est le défendre que je blâme. Si vous aviez moins défzndu les ouvriers (dans votre iRoman des ouvrières), vous auriez pu aller plus loin. Je vous ai trouvée trop douce pour les bourgeois. M‘“° Sand doit étre a Cannes, chez Mm Juliette Lambert. Je ne connais pas un journal ou j’aie quelque , autorité. lfannée derniere j’ai oflert au Moniteur ` un roman très convenable; on m’a rendu le ma- nuscrit apres m’avoir fait faire cinq à six courses. Je n’appelle pas faire des lectures sérieuses lire des bouquins traitant de matières graves, mais lire des livres bien faits, et bien écrits surtout, en sé rendant compté des procédés. Sommes-nous des ro- manciers ou des agriculteurs? J’espere, dans six semaines, contempler vos charmants yeux et baiser à droite et à gauche votre joli col. Tout a vous.