Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3 54 CORRESPONDANCE mere, elle supporte cela ( jusqu’a présent, du moins) mieux que je ne l’aurais cru. J e ne suis pas content de Monseigneur : il me semble profondément malade, sans pouvoir dire en quoi. Il tousse fréquemment et soullle sans dis- continuer comme un cachalot. Ajoute à cela une tristesse invincible. Monseigneur tourne à l'h_ypo- condrie, et l'animal a plus de talent que jamaisl ll fait des pièces de vers détachées superbes, mais ne trouve as de sujet de drame : c’est la ce qui le désole et fait prendre le genre humain en haine. ll débme tout le monde. e Major m’a écrit une lettre gigantesque (humoristique et bla- ueuse), où il Iuttait avec Grimm de verve et de êantaisie. Notre Max va bien. Laporte m’a fait ca- deau de six fromages. Voilà à peu pres toutes les nouvelles. Quant a la politique, l'horizon se calme. On est a la paix. Quel chien d'hiverl Tai vu la Seine a Rouen completement prise; c’est la troisième fois seulement que, dans ma longue carriere, je jouis de ce spectacle hyperboréen. Après le froid, nous avons eu des coups de vent abominables. A l’heure où je t’écris, le vent mugit et la riviere prend des tournures d’océan. ll doit faire plus beau à tes côtés. Vous êtes- vous repassé une soirée de cocottes indigènes, au moins! Réponds-moi à Paris et dis-moi que tu reviens bientôt. Amitiés à Cernuschi. Quant ai toi, mon bon vieux, je t'embrasse tendrement.