Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4 1 6 comms? ONDANCE , ll me semble que «l’horizon politique» (comme · on dit dans les feuilles) se rassérene depuis les affaires d'Espagne. Mais ce Marfori est un grand maladroit. Ce n’est pas la clavicule qu’il aurait dû casser au « grand ecrivain » nommé Rochefort. Enfin, Dieu merci, on n’en parle plusl Mais quelle scie va succéder à celle-la'? Je n’ai pas bougé de mon cabinet depuis mon retour ici. Je me contente de regarder l’automne par mes fenêtres; une promenade dans les bois menerait ma pauvre imagination trop loin. Il faut qu’elle me serve et non qu'elle m'emporte. Le feuillage est bien beau cependant; il a des tons de pourpre, des rougeurs presque humaines , quelque clrose de mélancolique et de passionne. «lZI/[ais il faut cultiver notre jardin» comme dit Can ide. Cette citation de Voltaire me fait penser a lVl“‘° cle Flylll. N'est-ce pas maintenant qu’elle doit subir son opération? Vous seriez bien bonne de me dire comment elle va. Car c'est une personne charmante et dont le cœur, je crois, vous est très dévoué. Mais il faudrait être un monstre pour ne pas I'être a Votre Altesse, quand on la connaît. Je suis, par devers moi, tout triste, en sonâeant que ie vais passer encore un bon mois et emi sans la voir. Je vous baise les deux mains, Princesse. G. FLAUBERT. (1) Dame lectrice de la Princesse, atteinte dc la cataracte.