Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


42.0 CORRESPONDANCE Le auvre chéri a cuydé se casser la ueule en tombant d'un escabeau sur lequel il Était juché pour remonter une pendule : il y a en échappe- ment de sa personne par terre. Adieu, chère Caro. Embrasse ton mari pour moi. Ton pauvre vieux qui t'aime. too;. À ERNEST FEYDEAU. [Croissct, fin novembre 1868.} O FEYDEAU, ‘ .l e ne sais pas qui a ecrit : « J e voudrais jeter le ,_ monde sur sa face, » Désir que je partage. ça a l'air biblique. Mais c’est eut-être Sl1al<es eare. Merci pour ta note. li)a réponse ai la deuxieme question est precise, mais est—elle bien vraie? Puisque Guastalle la contredit, demande-lui là- dessus une explication; eclaircis-moi ce point-la . et tu seras bien aimable. Quant aux postes, ils devaient être aux mairies. Quel bouquin emm...l Tu me verras au mois de décembre (Vers la fin), mais je ne resterai a Paris que tres peu de jours, n'ayant pas l'intention de commencer ma saison d’hiver avant la fin de Février. Cest le moyen d'aller plus Vite. Pour paraître en octobre prochain, il faut que i'aie fini en juillet ; or, je n'ai pas d’ici la une minute a perdre. Quest-ce qui occupe ta cervelle pour le quart- d’l1eure'?