Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 425 mon frère a reçu la visite, afin que... Brel, fai été assez stupide pour ne pas « tirer parti de l’0c— casion». Est-ce beau comme bêtise, hein? IOO6. À MADFMOISELLE LEROYER DE CHANTEPIE. Croisset, luncli [fin cléccmlnrc 1868]. Cmàna DEMOISELLE , Je suis fort heureux de recevoir de vos nou- velles. Je désirerais seulement qu’elles fussent _ ` meilleures. Sans jamais avoir eu la satisfaction de vous voir, je vous compte au nomhre de mes amis. Tout ce qui vous arrive de fâcheux m’afHige. Soi- gnez hien vos Iyeux. Je connais e livre cle Ténot, qui ne m’a rien appris de neuf", car j’ai assisté de ma personne au coup cl’Etat, et j’ai même manqué rester sur le trottoir. Des gens ont été tués sous mes yeux; je ne sais comment je l’ai échappé. , Mais l’opposition actuelle me paraît stupide. Elle s’attaque à l’Empire, ou plutôt à l'Empereur, au lieu de s’en prendre a la question religieuse, qui est la seule importante. II y a quelque temps que je n’ai eu des nou- velles de M“‘° Sand. Elle m’avait invité à aller chez elle a Nohant, le 15 de ce mois, pour le haptême cle ses petites—filles. Mais mon bouquin m’a retenu. Le moindre dérangement physique me trouhle la cervelle. Je vous remercie de vous intéresser a ma mere.