Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


42 CORRESPONDANCE 7 g 5. AU MÉME. Vendredi [ag août 1862, Vichy]. MoN ct-1211 AMI, Votre projet de traité me semble aussi bien que possible et je n’y vois rien à redire. II me reste à m’incliner et à vous bénir. .l'appellerai néanmoins votre attention sur le § 2.° de la r" page. .le désire que Lévy indique les édi- tions qu’il fera., qu’il mette (comme cest la cou- tume), sur le titre, le chiffre de l'édition, 2°, 3°, etc. Demandez-lui pourquoi il n'a pas suivi cet usage dans la Bovary ? Un auteur aime a savoir où il en est avec le pu lic. Lévy n’a jamais voulu me dire combien il avait vendu d'exemplaires de mon i" roman. Je ne trouve as cela gentil. A-t—il peur que je ne sois jaloux de largent qu’il gagne? C’est me connaître bien peu. J e ui souhaite un million avec Salammbô. Je partirai d’ici pour Clermont, probablement lundi ou mardi prochain au plus tard, et je serai à Paris le lundi 8 septembre, certainement. Si Lévy tient à ce que je signe le traité tout cle suite, envoyez-le-moi immé iatement, ou bien je le signerai des le lundi 8 dans la soirée. Au dela de lundi prochain, envoyez-moi vos lettres (si lettres il y a) ai Clermont (Puy-de-Dôme) , chez M. Bardoux, avocat. lnsistez pour qu’il indique les éditions; je ne demande aucune blague, mais la déclaration de la vérité pure et simple. Tout à. vous.