Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 3 703. À EDMOND ET JULES DE GONCOURT. [Croisset] jeudi soir [2 janvier 1862 Vous êtes bien gentils de songer at moi, mais ce n’est que justice, car votre idée vingt lois par jour me traverse la cervelle ou le cœur, comme vous voudrez, et probablement l'une et l'autre. Que faut-il vous souhaiter pour r862, mes · bichons? lmaginez quelque chose d’exquis et d’ex— travagamment beau; et soyez sûrs que je le désire pour vous. Voilà! Je suis ai la moitié, a peu près, de mon dernier chapitre. Je me livre a des farces qui souleveront de dégoût le cœur des honnêtes ens. .l’accumule horreurs sur horreurs. Vingt miâe de mes bons- hommes viennent de crever de faim et de s’entre- manger; le reste finira sous la patte des éléphants et dans la gueule des lions. «Bestialité et meur- trier, ne sors pas cle la» (Histloire] de Jérôme, tome . · N’importel je crois que fécris présentement d’une manière canaille : phrases courtes et genre dramatique, ce n’est guère beau. Et vous'???? Comme il me tarde de vous voir! Je compte être de retour ai Paris au milieu de février, peut-être avant? Je suis éreinté et iai des rhumatismes. Adieu. Bonne humeur et bon travail. Je vous embrasse tous les deux tendrement. .