Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 6.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3 18 coRREs1>oNDANcE Le bon Fréville (Blacas) a le rôle de D’Orbi- gn)". . . . . .l’a1 cho1s1 le papier, grosse affaire pour le volume, et Claye m'a donné son devis. En Faisant tirer à 2 mille tu peux gagner; tu gagneras (déduc- tion Faite des Frais et de l'horribIe commission de Lévy) six mille francs. le t'enverrai le détail du compte si tu y tiens. le le garde, d’ailleurs, pour te le montrer. ~ .l’aurais dû commencer ma lettre par te foutre des sottises, car tu es « un drôle de jeune homme », et je trouve que tu pourrais mettre, dans tes affaires, un peu de l’activité que j’y emploie. J e t'ai prié de m’envoyer 1° les vers de ,l'Am0ur noir, 2°la photographie de B[ouilhet] (je cherche maintenant un graveur pour faire une belle eau- forte), 3° le manuscrit original d’Aïssé ; et je ne vois rien venir. Tout cela est pourtant fort pressé! Tâche de t’occuper un peu moins de l’espèce de navet qui te sert de et fais-moi l’honneu1· de me répondre. ~ le t’embrasse. Ton. Y 1235. Au MÉME. Entièrement inédite. ` Samedi soir, S heures. a e M’envoyer dare-dare et presto, prestissimo, le portrait d'Aïssé de M.Clogenson. — V Dépêche-toi de faire faire la boîte et de m’ex- pédier cela par la grande vitesse.