Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 6.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


434. CORRESPONDANCE amies ont eu la gentillesse de m’y accompagner; elles sont restées à m’attendre devant la grille, ainsi que Lapierre. Ce procédé-la m’a touché jusqu’au fond du _cœur. Lapierre dînait en ville. .l'ai passé la soirée tout seul avec elles, et la vue de leurs bonnes et belles mines m'a fait du bien. ' ' Je leur en suis reconnaissant. Le soir, quand je suis rentré ici, mon _pauvre toutou m'a accable de: caresses. Je ne sais pas pourquoi je te dis tout cela, mais tu devineras la psychologie sous les faits. Comme c’est triste de ne pas trouver dans sa famille un peu de la délicatesse qu’on rencontre chez des étrangers ! Mais je ne dois pas me plaindre de la famille, puisque je possède une nièce comme mon Caro. . Ton Vieux. 1341. A LA PRINCESSE MATHILDE. Nuit de lundi [28 octobre I872]. PRINCESSE, Cest bien bon a vous de m’avoir écrit. Vous . avez pense que je devais avoir du chagrin. Rien de plus vrai. Ah! voilà trop de morts, trop de morts coup sur coup! Je n'ai jamais beaucoup tenu a la vie, mais les fils qui m’y rattachent se brisent les uns après les autres. Bientôt il n’y en aura plus. Pauvre cher Théo! Cetait le meilleur de la bande, celui—la!. un grand lettré, un grand poète, et un grand cœur. Il vous aimait beau- coup, Princesse, et vous faites bien de le regretter.