Page:Flaubert - Madame Bovary, Conard, 1910.djvu/541

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de la police correctionnelle, le 31 janvier 1857, en vertu des articles 1 et 2 de la loi du 17 mai 1819, et 59 et 60 du Code pénal.

L’audience, présidée par Me Dubarle, eut les honneurs d’une foule choisie.

Le réquisitoire, faible d’argumentation, fut prononcé par l’avocat général Ernest Pinard. La défense, présentée par Me Sénard, fut un triomphe. Les accusés furent acquittés et Flaubert est acclamé chef de l’école dite réaliste. Madame Bovary devint populaire ; son succès dure encore. Il est à un moment si retentissant que Flaubert en paraît obsédé, il écrit : « Je voudrais être assez riche pour racheter tous les exemplaires de ce roman, les jeter au feu et qu’on n’en parle plus. » Et plus tard : « J’ai hâte de donner un autre livre qui détruira celui-ci. »

─────


VARIANTES

D’APRÈS L’ÉDITION ORIGINALE.
Paris, 1857.


Page 3, ligne 22, fallait la garder à la main…

Page 5, ligne 31, ans à même la…

Page 6, ligne 3, retira à la…

Page 6, ligne 23, encore plus.

Page 6, ligne 30, l’ivresse ;

Page 7, ligne 11, marmot quoique à plaindre fut…

Page 9, ligne 23, l’étude, écoutait en classe, et dormant…

Page 10, ligne 26, ni les matières médicales, tous…

Page 12, ligne 13, apprit des couplets par cœur…

Page 12, ligne 19, pour le fêter de

Page 13, ligne 4, Charles déjà était…

Page 17, ligne 31, cinq à six…

Page 18, ligne 12, bouillonnait autour dans…

Page 21, ligne 13, tombée par terre…

Page 24, ligne 19, veuve pouvait-elle effacer par son contact l’image fixée sur le cœur de son mari ! La veuve…

Page 27, ligne 3, soixante-quinze francs…

Page 27, ligne 19, seulement d’aller…

Page 29, ligne 10, tout aise…