Page:Flaubert - Madame Bovary, Conard, 1910.djvu/542

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Page 33, ligne 14, Rouault… balbutiait

Page 36, ligne 11, quatorze à seize…

Page 37, ligne 23, mariés ensuite…

Page 38, ligne 14, s’apercevait que l’on…

Page 38, ligne 29, épaisse à l’entour des…

Page 39, ligne 29, on dit des…

Page 43, ligne 5, coin, par terre…

Page 44, ligne 4, cuisine, tousser les malades…

Page 44, ligne 25, la conjugale,…

Page 49, ligne 34, boutique obscure d’un…

Page 50, ligne 14, sentimentale qu’artistique, cherchant…

Page 53, ligne 19, elle, l’un après l’autre, dans…

Page 59, ligne 5, disait l’un après l’autre, les…

Page 61, ligne 5, incapable, d’ailleurs, de…

Page 63, ligne 6, Allons, embrassez maîtresse…

Page 64, ligne 17, trouva sa taille jolie…

Page 67, ligne 4, à voix…

Page 70, ligne 22, du cul.

Page 70, ligne 30, se bouffissaient et…

Page 71, ligne 16, odeur douce.

Page 73, ligne 9, voitures, l’une après l’autre, commencèrent…

Page 74, ligne 31, Elle aspirait le…

Page 80, ligne 14, étoiles. Mais au bout…

Page 82, ligne 30, poste, chaque…

Page 86, ligne 15, commençait à engraisser…

Page 86, ligne 23, lui ; mais pour…

Page 87, ligne 32, rien n’arriverait

Page 88, ligne 27, cinq à six…

Page 91, ligne 2, pensée bondissant avec…

Page 91, ligne 11, porte criant, les…

Page 92, ligne 3, s’y refrotta plus…

Page 93, ligne 16, fébrile, puis à…

Page 96, ligne 6, blanche sinueuse la…

Page 98, ligne 34, sape, sont…

Page 103, ligne 24, encore déprimé davantage l’habitude…

Page 104, ligne 8, et il retira…

Page 108, ligne 5, l’avait d’abord sifflé…