Page:Flaubert - Madame Bovary, Conard, 1910.djvu/544

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Page 174, ligne 27, comme un linge…

Page 180, ligne 13, chargeait. Elle leva vers lui des yeux tout pleins d’admiration – moi

Page 181, ligne 8, doute. Il en est fatigué sans doute. Il…

Page 187, ligne 22, mailles épaisses de…

Page 188, ligne 31, l’ovale élargie de…

Page 190, ligne 6, Cependant le pré…

Page 190, ligne 17, l’un après l’autre…

Page 195, ligne 6, tout autour, le…

Page 201, ligne 27, énumérer l’un après l’autre les…

Page 202, ligne 19, Néanmoins son lieutenant…

Page 205, ligne 11, rassit, et alors Me Derozerays…

Page 206, ligne 19, soixante-dix…

Page 208, ligne 21, ratatiner encore dans…

Page 209, ligne 20, ton paterne.

Page 210, ligne 3, Mais la séance…

Page 211, ligne 12, Cependant les pièces…

Page 218, ligne 4, un ; mais elle…

Page 218, ligne 32, Il avait mis…

Page 220, ligne 10, Mais à côté…

Page 228, ligne 27, Et enfin il…

Page 229, ligne 1, peu, cependant, ces…

Page 229, ligne 17, obliquement d’un petit…

Page 229, ligne 18, herbes, au rebord

Page 235, ligne 1, Cependant la vue…

Page 235, ligne 29, fallu s’échanger des…

Page 236, ligne 31, attachement, mais comme…

Page 241, ligne 21, fût habile…

Page 243, ligne 17, machine où l’on devait enfermer son membre après l’opération

Page 246 ligne 1, à sa main…

Page 247, ligne 21, mère Lefrançois arriva…

Page 248, ligne 4, semblait prête à se…

Page 252, ligne 9, imaginerions jamais d’opérer…

Page 257, ligne 11, Mais il se…

Page 262, ligne 28, soixante-dix…

Page 270, ligne 8, de leur mariage…

Page 275, ligne 8, démesurées et mélancoliques…