Page:Flaubert - Salammbô.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mi-côte, pendant trois cents pas. Un tel flot de Barbares descendit qu’ils furent refoulés sur leurs lignes. Un des gardes de la Légion, resté en dehors, trébuchait parmi les pierres. Zarxas accourut, et, le terrassant, il lui enfonça un poignard dans la gorge ; il l’en retira, se jeta sur la blessure, et, la bouche collée contre elle, avec des grondements de joie et des soubresauts qui le secouaient jusqu’aux talons, il pompait le sang à pleine poitrine ; puis, tranquillement, il s’assit sur le cadavre, releva son visage en se renversant le cou pour mieux humer l’air, comme fait une biche qui vient de boire à un torrent, et, d’une voix aiguë, il entonna une chanson des Baléares, une vague mélodie pleine de modulations prolongées, s’interrompant, alternant, comme des échos qui se répondent dans les montagnes ; il appelait ses frères morts et les conviait à un festin ; — puis il laissa retomber ses mains entre ses jambes, baissa lentement la tête, et pleura. Cette chose atroce fit horreur aux Barbares, aux Grecs surtout.

Les Carthaginois, à partir de ce moment, ne tentèrent aucune sortie ; et ils ne songeaient pas à se rendre, certains de périr dans les supplices.

Cependant, les vivres, malgré les soins d’Hamilcar, diminuaient effroyablement. Pour chaque homme, il ne restait plus que dix k’kommer de blé, trois hin de millet et douze betza de fruits secs. Plus de viande, plus d’huile, plus de salaisons, pas un grain d’orge pour les chevaux ; on les voyait, baissant leur encolure amaigrie, chercher dans la poussière des brins de paille piétinés. Souvent les sentinelles en vedette sur la terrasse apercevaient, au clair de la lune, un chien des