Page:Flaubert - Salammbô.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


séjour au loin, et que devait solliciter le désir de revoir qui sa femme, qui ses enfants, les uns refuseraient de quitter la ville, les autres, à peine partis, voudraient y revenir, ce serai une occasion de troubles (*). C’est pourquoi ils les forcèrent, malgré

(*) page 27, § 3. Tous étaient oppressés par la même inquiétude : on avait peur que les Barbares, en se voyant si forts, n’eussent la fantaisie de vouloir rester.
leur résistance et leurs protestations, à emmener avec eux leurs bagages, leurs femmes et leurs enfants.
(*) page 28, § 2. Puis vint la cohue des bagages, etc.

Rassemblés à Sicca, les Barbares s’y trouvèrent dans un état d'oisiveté et de désœuvrement qu’ils n’avaient pas connu depuis bien longtemps : nul état n’est plus dangereux pour des troupes étrangères ; c'est pour ainsi dire la source unique des révoltes. Il en fut ainsi pour les Mercenaires (*). Il s’en trouvait, parmi eux,

(*) page 42 ligne 23. Mais dans ce désœuvrement les caractères s’irritaient, etc.
qui, dans ces heures de loisirs, s’étaient mis à faire le compte de ce que Carthage leur devait (*) ; ils imaginaient des sommes
(*) Page 42 ligne 18. Et toujours recommençant le même calcul ils dessinaient avec leurs doigts, etc.
beaucoup plus fortes que celles qui leur étaient réellement dues ; il fallait les exiger de la ville. Tous, d’ailleurs, se rappelaient les promesses magnifiques que les chefs leur avaient faites, lorsqu’ils avaient besoin d’eux, au jour du danger ; ils avaient fondé sur ces promesses de vastes espérances, et s’attendraient à voir leurs peines largement récompensées (*).
(*) page 77, ligne 9. Hamilcar leur avait fait des promesses exorbitantes… Ils auraient pu croire, en débarquant à Carthage, etc.


LXVII. Aussi, lorsque, réunis à Sicca, ils entendirent Hannon, qui commandait alors les forces carthaginoises en Afrique, loin de tenir la parole des chefs, invoquer au contraire la lourdeur des charges qui pesaient sur la ville, parler de la misère générale (*),

(*) page 46 ligne 18. Il exposait aux capitaines les charges infinies de la République. Son trésor était vide, etc.
et chercher à obtenir d’eux la remise d’une partie de leur solde(*), tout de suite le désordre et le tumulte éclatèrent. Des
(*) page 77, ligne 13. Et quand ils virent que leur solde à peine serait payée, ce fut une désillusion pour leur orgueil comme pour leur cupidité.