Page:Flaubert - Salammbô.djvu/454

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cabires. Font partie d’un groupe de dieux grecs, appelés les « grands dieux ». D’origme pélasgique, ils furent l’objet d’un culte spécial à Samothrace et à Lemnos, et de « mystères », dont parle Hérodote. D’abord au nombre de deux, ils passèrent plus tard pour plus nombreux. Ils représentaient les démons de la terre et du monde souterrain, puis les esprits secourables. Les navigateurs plaçaient leurs images grimaçantes à la proue de leurs embarcations, comme les phéniciens faisaient de leurs Kabires.
Calcédoines. Pierres précieuses ; escarboucles de Carthage.
Callaïs. Sorte d’émeraude. — Salammbô, p.46. « Des callaïs arrachées des montagnes à coups de fronde ». — Pline, XXXVII, 33. « les hommes attaquent la callaïs de loin, à coups de fronde, et la détachent de la montagne avec la mousse qui l’entoure. »
Campanie. Au sud du Latium, comprenant Capoue, Naples, Miséne, Sorrente, etc.
Cantabres. Peuple de l’ancienne Espagne, habitant le cours supérieur de l’Ebre. Cf. Strabon, Pline.
Canthare. Vase, orné d’anses, spécialement consacré à Bacchus.
Cardamome. Plante orientale et extrême-orientale, dont la graine renferme une huile aromatique. Les anciens l’utilisaient comme condiment.
Cariens. Peuple de l’antique Asie-Mineure, habitant entre la mer Égée, à Phrygie, à Lydie et la Lycie. (Actuellement vilayet d’Aïdin.) Ils fournissaient en abondance des Mercenaires. — Salammbô, p. 3 : Leurs grands casques ornés de plumes. Cf. Hérodote, I, 171.
Cassitérides (Îles). Îles Britanniques. — Salammbô, p. 167. « Des saumons d’étain apportés des Cassitérides. » — Cf. Strabon, I, 241-289, sur les mines d’étain des îles Cassitérides (trad. Tardieu).
Cataphractes. Cavaliers entièrement recouverts, ainsi que leur cheval, d’un caparaçon composé de mailles ou d’écailles métalliques. Ils figurent parmi les troupes romaines au Ier siècle ; les romains les avaient connus des Orientaux. Il est douteux que les cataphraltes aient déjà existé à l’époque de la guerre des Mercenaires.
Céraunies, engendrées par le tonnerre, p. 176. — Pline, XXXVII, 51. « Au nombre des pierres blanches figure la céraunie…, Une variéte ne se trouve que dans un lieu frappé de la foudre. »