Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


76 LITTÉRATURE ORALE

veilleuses étaient groupés autour d'une lampe de fer de forme antique, fixée par une pointe dans un hégaoïcd, grand bâton orné d'un pied et percé de trous dans lesquels on enfonçait, à la hauteur voulue, le manche pointu de la lampe. Les femmes cousaient, les jeunes gens teillaient du chanvre ou dépouillaient des joncs de leur écorce afin d'en tirer la moelle pour faire des mèches. Une ser- vante, agenouillée ou plutôt assise sur ses talons au milieu de l'âtre, entretenait le feu. De temps en temps un gobelet plein de cidre circulait à la ronde. On chantait, on causait, on contait des histoires qui faisaient rire ou qui faisaient peur. Le vent soufflait bruyamment dans la cheminée. On entendait la pluie tomber, lourde et régulière, au dehors, et l'on se sentait heureux d'être à l'abri.

Un homme entra en refermant brusquement la porte comme quelqu'un qui se dépêche.

— Bonsoir, bonnes gens! Il fait meilleur ici que dehors, allez !

— Ahl c'est vous, Jacques Léveillé, venez ici vous sécher.

Tout en s'approchant du feu, il secouait son chapeau, que la pluie avait fortement maltraité.