Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LITTÉRATURE ORALE

toutes sortes de bêtes. Moi qui vous parle, j'ai connu à Flamanville un homme qui se mettait en mouton et allait se promener comme ça sur les falaises.

Tous les yeux se tournèrent vers le chien avec une certaine inquiétude. Il semblait écouter, mais il ne bougea pas.

— Ici, à GréviUe, au hameau Fleury, dit un jeune garçon, il y avait un gros chien noir qui venait aussi se chauffer au coin du feu. Un domestique imagina de faire rougir la pierre sur laquelle le chien s'asseyait tous les soirs. Il se brûla. En voyant entrer le domestique qui lui avait fait ce tour, il le reconnut, U se jeta sur lui et voulait le faire sauter par la fenêtre. Le domes- tique appela au secours, plusieurs persoimes accou- rurent, le chien se sauva et depuis on ne le revit plus. Mais on est bien sûr que c'était quelqu'un du voisinage qui s'était changé en chien pour voir ce que les gens diraient.

On raconta encore plusieurs histoires de ce genre. Les uns y croyaient, les autres s'en moquaient. Quelqu'un fit remarquer que la pluie avait cessé et qu'il était déjà tard. Chacun avait fini la tâche qu'il s'était imposée. On se retira.