Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


94 LITTÉRATURE ORALE

pourquoi. Il s'élança vers Marie et la pria de lui montrer ce qu'elle avait dans son tablier .

— Eh bien! il y avait de l'herbe.

— Vère, mais il y avait aussi un môron, qu'elle avait ramassé sans s'en apercevoir, et c'est ce qui avait détruit l'illusion. Le faiseur de tours prit le môron et le jeta dans la rue, et Marie Toulorge vit le coq traîner une poutre comme tout le monde. Si tu avais eu du poison sur toi quand tu es entré dans la tente, tu aurais probablement vu que ce qui vous paraissait une poule \'ivante, c'était peut-être un petit pain.

— Mais j'ai entendu dire que le môron n'est pas poisonneux.

— Je te conseille de t'y fier! Tu sais bien la maison qui est tout au bas du hameau et où il ne demeure plus personne? Sais-tu pourquoi on n'y demeure plus ? C'est que tous ceux qui s'y établissent y meurent. Et sais-tu pourquoi ils meurent? C'est qu'il y a un nid de môrons, une môronnière par dessous, dans la terre.

— Il y en a qui prétendent que le crapaud est plus poisormeux que le môron?

— Ils ne savent ce qu'ils disent. Tu connais le dicton :