Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-NORMANDIE I35

naissance du père et du fils figurent dans la légende du pape Gré- goire le Grand.

Le cadre de notre conte est le même qne celui des Drei Sprachm, n" 33, des frères Grimm. Le début et le dénouement sont à pexi près les mêmes, mais les détails différent à partir du voyage du jeune homme. Divers incidents de notre conte se retrouvent dans deux récits recueillis par M. Luzel : Histoire de Christie et Lepape Innocent, dans Mélusine, col. 299 et 374. Voir aussi les remarques de M. Koehler, placées à la suite de ce dernier conte (col. 384). M«is le récit le plus rapproché du nôtre est celui que M. Sébillot a inséré dans les Contes des paysans et des pécheurs, sous ce titre : L'enfant qui entend le langage des hétes. Dans toutes les traditions populaires, les oiseaux sont considérés comme connaissant le présent et l'avenir.

LE PAYS DES MARGRIETTES (l)

iL y avait une fois un roi et une reine qui n'avaient pas d'enfants, mais qui tenaient beaucoup à en avoir. A la fin il leur en vint un. On célébra le baptême avec une grande solemnité. Toutes les fées du voisinage y furent invitées, mais l'une d'elles, qu'on avait oubliée, se

(i) Marguerites.