Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-XORMAXDIE 167

n

JACQ.UES LE VOLEUR

, NE femme avait un fils qu'elle avait fort mal élevé. C'était un fainéant et qui ne voulait rien faire. Quand il fiit en âge de choisir un état, sa mère lui demanda ce qu'il voulait être.

— Je veux être voleur.

— Bon Dieu ! bonne Vierge ! mais ce n'est pas là une profession ! Je ne te permettrai jamais d'être un voleur.

— Eh bien! allez consulter la bonne Vierge. Si die dit comme moi, il faudra bien que vous consentiez.

— Soit, j'irai, dit-elle, et pas plus tard que tout de suite.

En la voyant se rendre à l'église, Jacques prend les devants par un chemin de traverse et va se cacher derrière l'autel.

La bonne femme arrive à l'église au moment où il y était déjà, et, après avoir fait ses prières devant l'autel de la Vierge :