Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l68 LITTÉRATURE ORALE

— Bonne Vierge, dit-elle, bonne Mère, indi- quez-moi, je vous prie, ce que mon Jacques doit être.

— Voleur, répondit une voix qui venait de l'autel.

— Voleur! dit h brave femme étonnée. Mais vous n'y pensez pas, bonne Vierge, c'est un péché de voler! Dites-moi là, franchement et sans vou- loir tromper une pauvre femme comme moi, ce que mon Jacques doit devenir.

— Voleur, répéta le garçon, toujours caché. La pauvre femme se retira consternée. Aussitôt

qu'elle fut sortie de l'église, Jacques sortit aussi de sa cachette, il prit à travers champs, et sa mère, en arrivant, le trouva à la maison.

— Eh bien! moumère (i), qu'est-ce que la bonne Vierge vous a dit?

— Que tu dois être un fripon.

— Vous voyez donc bien qu'il faut que je sois un fripon, puisque la bonne Vierge vous l'a dit; je pars demain.

Au bout de huit jours, il revient avec un sac, qu'il avait bien de la peine à porter.

(i) Ma mère.