Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


258 LITTÉRATURE ORALE

l'engagé volontaire

La pièce suivante n'a rien de guerrier. Elle date du règne de Louis XV. M. Bujeaud a publié sur le même sujet une chanson où il y a plusieurs vers identiques. Elle est en patois de l'Aunis : O vingnit in ordre dau Roe. — La suivante est à demi en patois bas-normand, mais elle a été faite à la ville. On m'en a. envoyé deux versions : l'une d'Omonville (Hague) et l'autre du Val- de-Saire. Je les ai complétées l'une par l'autre, parce que l'une et l'antre offraient des lacunes.

Ma mie, je vais t'annoncer

Une triste nouvelle

Qui s'en va mettre ton cœu

Un peu mal à son aise :

Je me sui-t-engagé hier au se (i)

Dans le régiment du ré (2).

On m'a bailliéi de l'argent

Tout plein mes deux pouquettes (3),

Du Tokay et du vin bllanc,

Tout pUein une gobinette ;

Un' cocarde à mon capiau.

Ventre-bleu ! comm' j'étais biau !

(i) Soir. — (2) Roi. — (3) Poche.