Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LITTÉRATURE ORALE

le curé pour lui demander s'il ne savait pas ce que Colombe était devenue. La vieille servante parut quelque peu troublée, le curé le fut davantage, mais au lieu de répondre directement à la ques- tion, l'un et l'autre se contentèrent de dire que Colombe était venue en effet la semaine précé- dente, mais qu'à ce moment elle ne se trouvait plus au presbytère. On engagea même les jeunes gens à visiter la maison pour en avoir la preuve. Ils profitèrent de la permission en s'excusant, et s'assurèrent que Colombe n'était positivement pas dans la maison.

Le petit dénicheur de nids ne s'était cependant pas trompé. Colombe était bien venue au presby- tère, et elle s'était promenée dans le jardin avec le prêtre, mais quoiqu'on ne l'eût pas trouvée, ceux qui prétendaient qu'elle n'était pas sortie par la porte ne s'étaient pas trompés non plus.

Que s'était-il passé au juste entre le prêtre et Colombe? On ne l'a jamais bien su : les deux personnages ayant toujours gardé le secret. Ce qu'il y a de certain, c'est que le prêtre était réel- lement amoureux de la jeune fille, et qu'éprouvant de la résistance, bien que Colombe l'aimât peut- être au fond de l'âme, il l'avait retenue contre sa