Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


302

LITTERATURE ORALE

III

LA DEMOISELLE ET LE JARDINIER

La chanson suivante figure dans le grand recueil de M. Bu- jeaud, mais notre version est beaucoup plus étendue. Ce qui milite en faveur de l'origine bas-normande de la chanson, c'est que le mot /« (point), rime très bien a.\ec pets, tandis que dans les autres dialectes, ce mot n'a qu'une rime imparfaite on forcée.

Andante. La Demoiselle.


, h

->"■() — t 7 1 r * r f 1 * — r '- J' » * — — *-i

* * \

Ki-co-las si tu es

sa

ge Je te

doa-ne-rai mon

K

1. V j "i' : r 'l'.r i j'ir a..> ^'U- Il


'-I —


cœur, Et si tu n"es pas vo-la-ge, je fe - rai tout ton bon-heur. Allegro. Le Jardinier.

Dounàez-rmé, n' m'I'dounàezpé, Qu'est qu'cha m'fait, mé,

Mad'moue-

seUe?dounàez-rroé, n'mTdounâezpélaissieiz mé plantâe mes pets