Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-NORMANDIE 307

Voilà, voilà comme sont les mamans,

Quand elles ont la soixantaine.

Ell's ne pens'nt plus à leurs jeun's ans

Qti'ell's dansaient sur la marjolaine.

Ell's allaient avec leurs voisins

Aux foir's et avec leurs cousins.

Pour moi c'est tout à fait certain. Je veux aller à la foire demain, J'veux aller à la foire.

Eh bien ! Victoire, je ne te dis plus rien :

Cours à la foire du village.

Mais dans quelques mois je crains bien

Qu'on ne rie, voyant ton corsage.

Il t' faudra d'autr's cordons, tes jupons

Par devant se raccourciront.

On aura lieu de dire enfin Que c'est un' suite de la foire de d'main. Un' suite de la foire.

Cette chanson n'est pas née dans le pays. Elle a dû y être apportée entre 1830 et 1840.

©