Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


314 LITTÉRATURE ORALE

D'une maîtresse et d'un amant

De la viir de Saumur (Namur) ?

Le tour est vraiment surprenant, Il donne sujet d'rire,

Il est arrivé récemment,

Comm' je vais vous le dire.

Un jeun' seigneur de ce canton

Aimait fort une belle, Mais son père toujours méchant

Ne cherchait que querelle, — Oui, si j'apprends ou si j'entends

Que vous ayez l'audace De revoir encor cet amant,

Il n'y aura plus d'grâce.

Le seigneur gagna par argent

Une femme.de chambre, Qui les faisait fort Hbrement

Le soir parler ensemble. Le père les surprit un jour

Ah ! quel cruel orage ! La fille fut mise au couvent

Sans tarder davantage.