Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3l6 LITTÉRATURE ORALE

A haute voix s'est écrié, Poussant des cris étranges :

Je crois que ma vie va prendr' fin, Je meurs de mal au ventre.

La mère abbesse s'en est allée

Chercher une bouteille, Pendant son absence a passé

La lettre à la d'moiselle. Eli' fait réponse à son amant,

Bien poliment par lettre , Que pour sortir de ce couvent.

Elle était toute prête.

O ramoneur, bon ramoneur,

Que ma joie est parfaite ! Mais comment enlever la sœur

Sans qu'on s'en aperçoive? Le ramoneur est retourné

Tout droit au monastère ; Dans un d'ses sacs a enfermé

La jolie demoiselle.

A haute voix s'est écrié, Poussant des cris étranges :