Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-NOIL\L\NDIE 3I7

Ouvrez la porte du couvent,

Car la charge est pesante. H a traversé tout l' couvent

Avec la mère abbesse, Et dans les bras de son amant

D a r'mis sa maîtresse.

Cinq cents louis lui a donnés

A titre d' récompense, Et le seigneur va épouser

Cell' que son cœur demande.

Cette chanson est évidemment du xvn= siècle. Je l'ai recueillie à Omonville-Ia- Rogne en 1881.

m

LE RELIGIEUX

Il était une fille,

Une fille de bien.

Qui aimait bien la musique

Et mieux les musiciens. Hélas ! hélas ! Celui qu'elle aimait le mieux, D s'est rendu religieux.