Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


322 LITTÉRATURE ORALE

Ne me connais-tu pas : Est-ce que mon visage N'a plus pour toi d'appas?

— Est-ce là tes promesses, Infidèle ?

Celles que tu me fis

Un dimanche après vêpres

Devant tous nos amis?

— Les promesses des hommes, Ma bonne,

Sont souvent des appâts, Et souvent ils délaissent Les fill's dans l'embarras.

— Puisque tu m'abandormes, Je domie

A Dieu tous mes amours. Et vais me rendre noime Le restant de mes jours.

— Quant à vous rendre nonne, Ma bonne.

Cela ne con\-ient pas. Les nonnettes sont chastes Et vous ne l'êtes pas.