Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


14 LITTÉRATURE ORALE

Le curé avait appris le retour de Colombe dans sa famille, mais il n'avait osé se montrer chez elle ni se trouver sur son chemin. Il n'en recueillait pas moins avidement ce qui la concernait. Quand on vint lui rapporter la métamorphose de Colombe en oiseau, il poussa un cri :

« Colombe est sauvée, dit-il, et moi, je suis perdu. »

Et il alla se pendre de désespoir dans un enclos qui est tout près du presbjtère.

Cet enclos, qui se trouve entre le jardin du curé et celui qui dépend de l'école communale, récem- ment construite, est considéré comme maudit. On le laisse en friche, et l'on n'a pas voulu l'adjoindre au jardin de l'instituteur, dont il est séparé par un mur de plus de deux mètres.

On peut voir encore aujourd'hui la statue de sainte Colombe dans l'église de Gréville, assez bizarrement associée à des statuettes modernes d'un goût douteux, qui semblent singulièrement dépaysées dans le vieil édifice roman. Le prénom de Colombe ou Coulombe était autrefois commun dans la paroisse. Il est tombé en désuétude avec la tradition qu'il rappelait.