Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


/. — CHANSONS EN PATOIS

LA FEMME Q.UI A PERDU SON' MARI

Comparer Bujeaud, t. I, La Veuve, 67 et surtout 68. Voir aussi Romancero de Champagne, p. 106, 2' partie.

Men pouer Jean est biain ma - la - de, Biein ma-

lade, Du merci ! Biein ma — lade. Du mer-ci! Men p'tit

Jean m'a demandâe La mil - leur'ché d' Paris ! J 'l'aimais

tant, tant et tant, J'ralmais tant, chu pouer Jean!